référencement naturelAu fil des mises à jour de l’algorithme de Google, on trouve de plus en plus d’articles annonçant des changements en profondeur du référencement naturel. Il faut bien avouer qu’on ne référence plus un site sur Google tel qu’on le faisait il y a encore quelques années. Si la philosophie du référencement naturel n’a pas guère changé, les pratiques, elles, évoluent.

Le principal changement de ces dernières années en matière de référencement naturel est la primauté toujours plus importante accordée aux contenus au détriment de telle ou telle astuce.

Il faut donc partir d’un constat simple et définitif : le référencement naturel n’a rien d’opaque ou de magique, il s’agit d’avoir un site bien construit avec des contenus intéressants. Il faut l’admettre une bonne fois pour toutes : les méthodes de chaman du SEO ne fonctionnent pas.

Le SEO n’a rien d’opaque

Même si certains référenceurs ont pu tirer partie d’une soi-disante opacité du métier du référencement naturel, il faut savoir que le référencement naturel n’a rien d’opaque. Il y a quelques bonnes pratiques à respecter et il s’agit surtout d’être constant dans son travail.

1. Penser en termes de problématiques

Un des principaux changements qui a profondément changer la donne tient à ce qu’on ne résonne plus complètement en termes de mots-clés mais en termes de questions, de problématiques. Autrement dit, il ne s’agit pas de “bourriner” sur un “mot-clé” mais plutôt que votre site réponde à un certain nombre de questions autour de ce mot-clé.

Le but de Google : valoriser des sites qui ont une réelle valeur ajoutée pour l’internaute.

En soi, c’est donc vrai qu’une forme de “référencement à l’ancienne” a bel bien passé l’arme à gauche, mais honnêtement qui le pleurera ?

2. L’importance de la longue traîne

Dans ce contexte, la longue traîne prend de l’importance. C’est quoi la longue traîne ? Il s’agit de requêtes d’importance secondaire sur lesquelles votre site peut se positionner mais qui par leur nombre apportent un trafic substantiel. Mais pour qu’un site profite de la longue traîne, il faut qu’il ait du contenu, voire beaucoup de contenu. Par exemple, proposer un blog alimenté depuis au moins un an. En ce sens, c’est vrai qu’il devient difficile de bien référencer un site web car des sites présents depuis longtemps et bien alimentés seront d’autant plus durs à détrôner. Finalement, c’est plutôt logique…

3. “No Bullshit”, juste de la constance

Finalement, le travail du référenceur se rapproche de plus en plus du celui de la rédaction web (à ce propos, les formations universitaires regroupent souvent les deux métiers). En effet, le référenceur, en plus de ces tours de passe-passe, peut avoir pour travail d’alimenter un blog de façon régulière en respectant toutes les bonnes pratiques garantissant la visibilité accrue du site en question. La tâche consiste donc à alimenter son site et produire des contenus pertinents, de façon régulière.

Le + d’un référenceur va se situer dans sa réflexion quant aux mots à choisir dans ses textes. Savoir s’ils sont pourvoyeurs de trafic, s’ils sont proches des questionnements des internautes. C’est pour cela que le référencement naturel n’est tout de même pas qu’une affaire de rédaction. Un peu de nuance…

En conclusion : vous souhaitez être premier sur Google ? La recette est limpide : un site de qualité avec des contenus de qualité. Simple, n’est-ce pas ? ;)

E-marketing, E-commerce, Référencement naturel, Rédaction web

Nos Conseils

Lire tous nos conseils

Entreprises / Créateurs / Collectivités

Nos Clients

Nous travaillons avec eux