Projet e-commerceLa création d’un site e-commerce peut être accélérée si, en amont, vous tranchez des questions essentielles telles que l’organisation des produits, les moyens de paiement utilisés ou encore les règles de gestion de frais de port.

Quand on veut lancer un site e-commerce, on pense généralement tout d’abord à l’aspect marketing, on réfléchit à ce que l’on va mettre en place pour engranger plus de ventes, etc. On se projette dans l’aventure que cela représente et généralement on est très enthousiaste ! Et c’est une bonne chose. Ces questions marketing et commerciales sont d’ordre stratégique et elles sont essentielles. Néanmoins, au fil du temps, leurs réponses vont évoluer et surtout elles se pensent à long terme, elles se mûrissent. En revanche, quel que soit le produit que vous vendez, quel que soit le public auquel vous vous adressez, vous avez un certain nombre de questions opérationnelles sur lesquelles vous pouvez statuer. Ces questions, c’est à vous d’y répondre et surtout, vous pouvez le faire avant de commencer à travailler avec votre prestataire e-commerce, autrement dit, vous allez pouvoir gagner du temps dans votre projet, en amont. Voici ces 5 grandes questions :

  • Quel est le contenu du catalogue produits ?
  • Quels moyens de paiement proposer ?
  • Vendre vers quels pays  ? en quelles langues ? avec quelle devise ?
  • Comment gérer la question des frais de port ?
  • Quels sont les éléments de rassurance à faire valoir ?

 Quel est le contenu du catalogue produits ?

De quoi va être composée votre offre ? Si vous avez une boutique qui a pignon sur rue, allez-vous vendre sur le web les mêmes produits ? Comment allez-vous catégorisez vos produits ? La question de la structure et du contenu de votre catalogue produit est sans doute la plus importante pour le succès de votre site e-commerce. Un catalogue bien agencé, composé de fiches produits riches et pertinentes est le meilleur des atouts pour vendre.

Ce travail de structuration, vous pouvez commencer à le faire seul. Cerner les grandes rubriques de vos produits comme si vous deviez les ranger dans un rayon d’une boutique. Autrement dit, organisez-les selon une clé de lecture utile pour votre client. La structure du catalogue doit aider l’internaute à s’y retrouver, cette organisation doit donc s’articuler autour de son besoin.

Pour la conception des fiches produits, c’est pareil, rien ne vous empêche de démarrer ce travail. Une fiche produit n’est pas une fiche technique. Elle a pour rôle de se substituer au vendeur, son angle éditorial est donc marketing, c’est un argumentaire de vente. Cet argumentaire doit bien entendu s’appuyer sur des points techniques et factuels, mais on ne doit pas infliger au lecteur une liste de caractéristiques à rallonge.

Comment composer une fiche produit ? Rien de plus simple, vous prenez un fichier excel, et vous créez une colonne pour chaque information importante : nom du produit, référence, rubrique, prix, poids, description, etc… et ensuite vous remplissez une ligne pour chaque produit. Cette méthode vous permettra de travailler rapidement, d’avoir un document de référence facile à mobiliser et votre créateur de site internet pourra intégrer ces produits automatiquement dans le site. Que de temps gagné !

Quels moyens de paiement proposer ?

Moult possibilités s’offrent à vous ! Paiement par carte bancaire ? Virement ? Chèque ? Paypal ? Tout à la fois ? Une fois que vous avez déterminé les moyens de paiement, il faut mettre les services en route. Par exemple, pour Paypal, il faut ouvrir un compte business. Pour le paiement par CB, plusieurs solutions : soit vous passez par une banque “traditionnelle”, soit vous passez par un opérateur tiers comme Ogone. Dans tous les cas, vous aurez un contrat à souscrire.

Le paiement par paypal ou par carte bancaire engendre des coûts pour chaque transaction. Ce sont des sortes de commissions afin d’assurer le bon fonctionnement des services. Connaître le montant de ces charges le plus tôt possible vous permettra de tester la viabilité de votre business model et éventuellement de répercuter ces charges sur vos prix. Prenez les devants dès le lancement de votre projet afin de ne pas avoir de surprises au moment de se lancer.

Vendre vers quels pays  ? en quelles langues ? avec quelle devise ?

C’est évident, la particularité d’une boutique en ligne c’est qu’elle accessible de partout. Autrement dit, vous pouvez vendre à n’importe qui, n’importe où. Imaginons un cas simple : un expatrié achète sur votre site un produit mais il réside aux antipodes, disons en Australie, comment le livrez-vous ? Quelle tarification allez-vous appliquer ? Dans la conception de votre projet web, vous devez envisager ce genre de possibilités. Vous devez donc déterminer à quel pays vous vendez : la France ? la France et quelques pays frontaliers ? le monde ? Ensuite, selon les cas, vous devrez mettre en place des frais de ports ajustés.

Dans cette optique d’ouverture à l’international, posez-vous la question de l’opportunité d’un site multilingue. Ajouter ne serait-ce que l’anglais vous ouvre de suite un énorme marché. Il en va de même pour les devises, proposer un affichage en dollar en plus de l’euro peut vous permettre d’accroître votre clientèle.

Comment gérer la question des frais de port ?

Dans la foulée du questionnement sur votre zone de vente, se pose la question de la livraison. Selon quelle grille tarifaire allez-vous la facturer ? On distingue 5 grandes façons de faire pour les frais de port :

  • la gestion forfaitaire : même montant de frais de port quelle que soit la commande, puis la livraison devient gratuite au-delà d’un certain seuil
  • la gestion au poids : le tarif varie en fonction du poids total la commande
  • la gestion à la distance : selon l’endroit où votre colis part
  • la gestion combinée : poids & distance
  • franco de port : la livraison est gratuite, c’est donc le prix du produit qui porte la charge de la livraison

Cela étant dit, à vous de voir quelle gestion correspond à votre projet. Imaginons que vous choisissiez la gestion la plus élaborée, à savoir une gestion combinée, dans ce cas, il ne vous reste plus qu’à renseigner le poids de chacun de votre produit (retour à la question #1) et à délimiter vos zones d’expéditions en indiquant un tarif pour chacune (question #3).

Quels sont les éléments de rassurance à faire valoir ?

Dernière question : quels sont vos petits plus ? Les éléments qui, au-delà de votre offre, vont vous différencier ? La gestion des retours ? Une garantie satisfaction ? Imaginez quels éléments de rassurance vous allez pouvoir faire valoir pour finir de convaincre vos internautes. Une fois ces éléments identifiés, prenez votre plume et décrivez votre promesse. Comment se matérialise cette “garantie satisfaction” ? Est-ce la garantie d’un avoir si le produit ne plaît pas ? un échange ? N’attendez pas que le site soit prêt à être mis en ligne pour vous occuper de rédiger ces argumentaires, ils peuvent permettre de convaincre un acheteur hésitant.

E-marketing, E-commerce, Référencement naturel, Rédaction web

Nos Conseils

Lire tous nos conseils

Entreprises / Créateurs / Collectivités

Nos Clients

Nous travaillons avec eux